26-07 - 31-07-2016

Actualités

Retour

"Je suis heureuse dans l'Eglise", témoigne une volontaire

2016-08-02 / Wolontariat


Ma Vie et les JMJ, le témoignage de Marzena, responsable des volontaires internationaux de long-terme au cours de la préparation des JMJ de Cracovie, et elle-même volontaire. Marzena nous éclaire sur le sens et l’engagement de ces personnes venues parfois de loin pour apporter leur pierre à l’édifice unique que sont les Journées Mondiales de la Jeunesse.
Elle nous éclaire aussi sur l’influence d’un tel événement dans la vie d’une jeune personne.

1. D’où vient cette idée de s’engager pour les JMJ ?

D’abord du désir de trouver sa place dans l’Église. Au lycée, j’ai pu voir que finalement, peu de jeunes assistaient aux messes qui leur étaient destinées. Par la suite j’ai vu une retransmission d’une rencontre du Pape (Benoît XVI) avec les jeunes, qui m’a persuadée d’aller aux JMJ et démontré qu’il y avait en réalité de nombreux jeunes dans l’Église. Grâce à cela, je peux aujourd’hui participer à mes 3èmes JMJ après Madrid et Rio.

2. Qu’est-ce qui a changé après les JMJ ? Qu’ai-je reçu de ces expériences ?

Chacune de mes participations aux JMJ m’a appris à faire confiance et à m’abandonner à Dieu. Entre Madrid et Cracovie, se sont passées 5 années. Une période au cours de laquelle j’ai vraiment expérimenté la miséricorde de Dieu dans ma vie. Je me rappelle particulièrement de l’action de Dieu dans les petites choses à Rio et puisqu’il s’occupe des petites choses, il le peut aussi pour les grandes !
 
3. Les autres grâces des JMJ ?

Je peux dire que j’y ai trouvé ma place dans l’Eglise et dans ma vie même ;
Je me rappellerai toujours cette rencontre du pape François avec les volontaires à Rio. Je me trouvais parmi eux avec cette question personnelle : que vais-je faire de ma vie ? Et le Saint-Père de remarquer : sans doute parmi vous, certains ne savent pas quoi faire de leur vie, quel chemin emprunter ou comment trouver la réponse à tant de questions. Mais il ajoute : « Demandez à Jésus, priez et abandonnez-vous à lui. Il vous répond. Une chose est sûre : Dieu a un projet pour chacun ! » J’ai ressenti une grande paix, une vraie joie et la certitude qu’il en est effectivement ainsi :)
C’était la fin des JMJ de Rio, le début des grandes aventures de ma vie, certaines bonnes d’autres mauvaises.

Après quelques temps, je suis partie un an à l’étranger, ce qui ne fut pas si facile car je me suis retrouvée là-bas, sans Communauté, sans Eglise et souvent sans les sacrements. Rapidement je compris ce qu’est l’Église et comme il est difficile de vivre sans elle. L’expérience de la prière et de l’eucharistie avec des millions de jeunes du monde entier, puis ce séjour m’ont fait comprendre combien est rude la vie sans l’Église. Sans doute que sans l’expérience passée des JMJ, j’aurais pu abandonner toute pratique.

Pourtant cela ne m’a pas fait retourner directement en Pologne. C’est seulement lorsque j’ai eu cette proposition de travailler au service volontariat du comité d’organisation. J’ai alors tout de suite fait mes valises, acheté mon billet retour et suis retournée à Cracovie. C’était un retour au pays, mais aussi un retour à l’Église.

Avant d’aller plus loin, je voudrais vous parler de Maciek, un de nos graphistes qui aurait dû être là ce jour, mais que le Seigneur a rappelé à Lui le 2 juillet après une éprouvante lutte contre la maladie.
J’ignore ce que Maciek aurait voulu partager précisément, mais je sais ce qu’il m’a enseigné : LA CONFIANCE. Fin juin encore, il a partagé sur son profil Facebook une phrase qui m’a bouleversée. Il écrit : « Indépendamment de ce qui m’arrive, j’ai confiance en Toi ». Je pense que Maciek est aujourd’hui au ciel et comme l’a dit un de nos prêtres, il est à l’état-major de commandement des JMJ, et c’est pourquoi tout s’est bien passé.

Pour conclure, quelques mots pour résumer comment les JMJ ont changé ma vie.
Après Madrid, j’ai appris l’anglais.
Après Rio, j’ai appris à faire confiance à Dieu.
Depuis ce temps-là, j’ai eu une formidable opportunité de travailler à l’organisation des JMJ, ce qui a été une raison de mon retour en Pologne, j’ai peu à peu trouvé ma place dans l’Église et une relation s’est développée avec un garçon rencontré au JMJ de Rio…

Nous nous connaissons depuis 3 ans et sommes « ensemble » depuis quelques mois seulement.
Pour tout cela, il faut attendre patiemment et se rappeler que les JMJ, c’est seulement un point de départ. Aujourd’hui, je peux dire sans hésitation que je suis heureuse dans l’Église, celle que nous construisons, celle dans laquelle le Seigneur est réellement présent, chaque jour, surtout dans l’eucharistie.

Marzena Wójcicka  
Trad HB


Cette page utilise des cookies. En restant sur cette page, vous acceptez l’utilisation de cookies.

Je suis d’accord.