26-07 - 31-07-2016

Actualités

Retour

La miséricorde nécessite la tendresse

2016-07-30 / News



« Revêtez-vous de miséricorde, revêtez-vous de tendresse », a exhorté Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, lors de sa catéchèse de ce vendredi matin. La tendresse implique une certaine fragilité, une vulnérabilité, qui permet que l'autre se sente réellement respecté, a-t-il expliqué. Et la miséricorde nécessite la tendresse.

La tendresse doit être accompagnée de bienveillance, de douceur et de patience. La bienveillance veut le bien de l'autre, cherche à se mettre à son service. La douceur refuse de se mettre sur la défensive et devient ainsi désarmante, apportant paix et espérance. Et la patience laisse le temps à l'autre, le respecte dans son propre rythme en ne lui imposant pas d'être autrement que ce qu'il est.

Pendant l'Année de la Miséricorde, le Pape François a mis de l'avant des « œuvres de miséricorde ». Cependant, si de telles actions sont demandées, précise Mgr Brouwet, ce n'est pas pour mériter son salut. Le salut, seul Jésus peut l'apporter. Mais ces actes peuvent confirmer l'accueil du salut et c'est alors l'amour qui se met en action, un amour qui n'est pas seulement une émotion, mais une décision. « Les grandes expériences de l'amour ne sont pas dans le ressenti, mais dans la volonté », affirme l'évêque.

Ainsi en va-t-il avec le pardon. Le vrai grand pardon signifie: « tu m'as blessé, t'aimer ne m'est plus naturel, mais je choisis de t'aimer, je te pardonne», exprime Mgr Brouwet. Ça ne signifie pas oublier la faute, ni nier ce qui s'est passé. Ça ne veut pas non plus dire que la relation redevient comme elle était avant; parfois, cette relation peut ne même plus être possible. Mais pardonner implique de regarder avec réalisme le mal qui a été fait et de choisir de poursuivre la route.

S'il peut arriver que la relation devienne impossible, et parfois même non souhaitable, à quoi ça sert de pardonner? C'est la question que se posait l'un des jeunes présents. La réponse de l'évêque de Tarbes et Lourdes a été simple : il faut que ce soit gratuitement, pour amour. D'où la nécessité de la tendresse.


Valérie Carrier

Cette page utilise des cookies. En restant sur cette page, vous acceptez l’utilisation de cookies.

Je suis d’accord.